[Playlist] Saison 5, Octobre 2020

Dialna - Playlist Octobre 2020

Pour ce mois d’octobre 2020, l’équipe de Dialna vous a, encore une fois, préparé une playlist aux petits oignons pour vous réchauffer et vous occuper pendant votre confinement.

Comme toujours, beaucoup de femmes extraordinaires, et quelques hommes qui se maintiennent au dessus des autres 😉

C’est parti pour la playlist d’octobre 2020 !

Dounia : Casablanca

Quand on parle de Casablanca, forcément on pense à ce morceau de Dounia, cette jeune artiste américaine d’origine marocaine qui cartonne en ce moment. Casablanca, sorti en 2017 est issu du premier album de la jeune femme, qui n’arrête pas de sortir régulièrement des nouveaux projets. Les marocains qui excellent dans leurs domaines, comme Dounia, ou Charaf Tajer, on aime, chez Dialna !

Warda : Batwanes Beek

C’est Sarah qui tient la chaîne « The arabic novel » qui a choisi le titre Batwanes Beek de la reine Warda, pour son épisode de « Jamais sans mon livre ». Et on valide à 1000%. « Batwanes Beek, veut dire ‘je me réconforte en ta compagnie’, et c’est clairement le cas pour moi, avec mes lectures », nous a-t-elle expliqué pour son choix. Sarah, comme nous, aime d’amour la belle littérature, et nous on aime Sarah. Et Warda al-Jazairia.

Omar Offendum : I love you

Et l’amour justement est au coeur du morceau I love you du rappeur américano-syrien, Omar Offendum, accompagné de Thanks Joey. Poète, activiste, Omar Offendum passe de l’anglais à l’arabe dans ses textes avec virtuosité, illustre ainsi la richesse de ses cultures. Son dernier album, Lost in translation, sorti récemment fait partie de nos coups de coeur de 2020.

Slimane Azem : Algérie mon beau pays

Un peu de poésie Kabyle, avec Algérie mon beau pays chanté/récité par le grand artiste Slimane Azem. Ce texte nous fait comprendre l’amour des algériens à leurs pays qui se rassemblent toutes les semaines, pour un avenir meilleur. Au milieu de ce mouvement du Hirak, une femme, Amina Bouraoui qui reste verticale face à un pouvoir rigide, qui essaie de rassembler, les personnes, qui, comme elle, font bouger les choses.

Gystere : Strange Breathin’

Grop coeur découvert sur la storie instagram de notre chère Marie Da Sylva, le son, le clip, le message et l’ambiance tout est validée par l’équipe Dialna pour un son du lundi et donc être dans notre playlist du mois. Gystère Aka Adrien Peskine et son frère Anthony Peskine oont travaillé sur ce clip de malade Strange Breathin’ ? Une bouffée d’air malgré la période Anxyogène en cette fin d’année 2020. 

Benee : Glitter

Forcément que l’on va mettre des paillettes dans notre playlist, pour l’article Pat McGrath, la grande artiste make up anglaise de tout les temps. Ce morceau lui va comme un gant, joyeux coloré par l’artiste discrète Benee. On espère que ce morceau, lui, mettra des paillettes dans vos coeurs.

Layla Boe : So smooth

Nos kiffs musicaux sont tellement éclectiques, qu’on a même un titre en allemand en son du lundi ! So smooth, de Layla Boe était si doux à nos oreilles qu’on n’a pas pu s’en empêcher.
Et puis le clip donne envie de prendre soin de soi, tellement il est voluptueux et sensuelle. Prendre soin de soi devient indispensable en cette période si particulière.

 

 

Soulef : Rah El ghali rah 

Pour notre troisième conversation Dialna, nous recevions entre autres Nadia Hathroubi SafSaf. Pour cette grande dame d’origine tunisienne, nous avons choisi cette chanson, Rah El Ghali rah, d’une autre grande artiste de Kairouan, la pionnière Soulef ! Elle fut la première chanteuse à faire connaître la musique nord-africaine au Moyen-Orient. Comme Nadia Hathroubi Safsaf elle n’a rien lâché dans son travail pour le pousser vers l’excellence et le montrer au monde entier. Ce morceau Rah El Ghali Rah, que l’on pourrait traduire par « Il est parti mon cher, il est parti », parle du tourment amoureux quand le silence s’installe entre deux êtres. Soulef, c’est la voix, l’élégance et une carrière incroyable qui a inspiré plus d’un personne dans le nord de l’Afrique. Elle est à l’image de notre invitée Nadia, inspirante ! 

Saliha : Enfants du ghetto

Quand on a la chance d’avoir Ouafa Mameche dans l’une de conversation, on est obligées de parler rap. Et l’une des pionnières en France, en tant que femme d’origine nord-africaine, c’est bien Saliha. Elle est la seule femme à apparaitre sur la compilation mythique Rapattitude vol1, avec le morceau Enfants du ghetto, en 1990. Elle commence le rap dans le milieu des années 80, avec son groupe, New Generation MC, où elle est la seule jeune fille, et sera d’ailleurs le seul membre qui sera signé en maison de disques. Elle est aussi la première femme à monter sur la scène du Globo, où les rappeurs venaient faire leurs freestyles. Saliha a défriché le chemin pour les femmes dans ce milieu.

Lous and the Yakuza : Amigo

On avait déjà choisi Dilemme en son du lundi, l’an dernier. En octobre, Lous and The Yakuza sort enfin son premier album et c’est une vraie réussite. Du coup, son nouveau titre Amigo clôture notre playlist d’octobre en toute beauté.

Beyoncé : Formation

Quand on parle de Mélina Matsoukas et de musique, on parle forcément de Beyoncé. Et avons-nous besoin d’une excuse supplémentaire pour revoir le magnifique clip de Formation, issu de l’album Lemonade ? Je crois que la question est vite répondue…

 

BONUS :

Velvet Project : Diamonds to me

Pour cette playlist d’octobre 2020, on a voulu vous rajouter nous aussi des paillettes et des diamants, à l’instar de la maquilleuse star, Pat McGrath.  C’est chose faite avec Velvet Project. La chanson Diamonds to me nous rappelle le temps où l’on posait un disque et on écoutait vraiment de la musique. Posez-vous et laissez vous enchanter par la chaude voix de Camille Bordier qui nous embarque dans une déclaration d’amour belle et scintillante, comme l’artiste.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.