[Série] Paranormal : De l’épouvante, sauce égyptienne

Dialna - Paranormal

De l’épouvante égyptienne ça vous dit ? C’est ce que propose la série Paranormal de Amr Salama, disponible sur Netflix. Adaptée d’une série de romans du Dr Ahmed Khaled Tawfik, Ma Waraa Al Tabiaa, cette série joue la carte de l’horreur dans l’Égypte des années 60.

La plateforme américaine Netflix essaye vraiment d’investir dans les productions locales un peu partout, et notamment dans les pays arabes. Après la série jordanienne Jinn, et la libanaise Dollar, voici donc une série égyptienne, Paranormal.  

On y découvre le professeur Refaat Ismael, un personnage misanthrope, malchanceux, un peu loser, au Caire, à la fin des années 1960. Il est fiancé malgré lui à une jeune femme qui essaye d’attirer son affection. Le jour de son anniversaire il revoit Maggie, une collègue écossaise qu’il a connue et aimée pendant ses études en Ecosse. Il l’invite au dîner familial que sa sœur donne pour son anniversaire. Avec ses proches, ils se remémorent leur enfance, et surtout une fillette, dont le petit Refaat était amoureux, la mystérieuse Shiraz, qui vivait dans une demeure aussi magnifique qu’étrange. Par la suite, ils seront confrontés à plusieurs phénomènes paranormaux liés au passé de Refaat… 

Dialna - Paranormal
Ahmed Amin dans le rôle de Refaat Ismael – Paranormal © Netflix

La série Paranormal revisite donc tous les mythes de l’épouvante, ou du fantastique made in Egypt. Malédictions de la momie, appel d’une naïade, esprit hantant une vieille maison, tout est là pour nous filer la frousse. Il faut rappeler que l’Égypte a longtemps été un pays producteur de films et séries télévisées, plus classiques certes, mais qui ont permis d’étendre une grande influence culturelle dans le monde arabe.

« Nous voulions créer du contenu de haute qualité sans perdre le caractère égyptien », a d’ailleurs expliqué le réalisateur Amr Salama à la presse. « Nous ne voulions pas faire une série américaine doublée en arabe. Même avec les effets spéciaux, les mythes et les histoires effrayantes, nous voulions que cela soit authentiquement égyptien », a-t-il ajouté.

Pour autant, les réactions des internautes sur l’utilisation de certains effets spéciaux étaient mitigées. Néanmoins l’intrigue et la réalisation de Amr Salama valent vraiment qu’on s’y intéresse. Adaptant donc l’œuvre de Ahmed Khaled Towfik, premier auteur d’horreur et de fantastique contemporain de langue arabe, et très populaire en Égypte, la série Paranormal suit les aventures fantastiques du Dr Refaat Ismael. Médecin très cartésien, pour qui les superstitions de ses semblables ne sont que des histoires à dormir debout, Refaat, est un homme renfrogné, qui se plaint de ses échecs et malheurs, notamment affectifs en fumant cigarette sur cigarette. Ses pensées (en voix off) nous montrent toute l’étendue de son cynisme, avec un humour pince sans rire que l’on savoure avec plaisir. Sa compréhension du monde qui l’entoure va rapidement être remise en question alors qu’il se retrouve confronté de près ainsi que ses proches à toutes sortes d’activités paranormales. 

Dialna - Paranormal
Razane Jammal et Ahmed Amin – Paranormal
© Netflix

L’attitude de Refaat peut de prime abord être un frein pour apprécier la série, mais elle devient en réalité ce qui nous pousse à continuer à regarder. Il est brillamment interprété par l’acteur Ahmed Amin plutôt habitué aux comédies et sketches en ligne.

Dès le premier épisode, il retrouve Maggie Mackillop, une collègue écossaise qui vient travailler au Caire, et qui va l’accompagner dans ses aventures. Bien que fiancé à une jeune égyptienne, Howeida, Refaat n’est pas indifférent au charme de Maggie, qu’il a connue et aimée pendant ses études en Écosse. On peut déplorer qu’encore une fois, le love interest d’un homme arabe est forcément une femme blanche et occidentale. Néanmoins, il est intéressant de préciser que l’interprète de Maggie est une actrice libanaise, Razane Jammal. Comme l’ont souligné les créatrices du podcast Arabiavox, il est néanmoins intéressant de souligner que dans l’histoire, c’est l’Occidentale, qui apprend l’arabe pour se faire comprendre par les gens autour d’elle, et pas les personnages Arabes qui font l’effort de parler anglais. 

C’est à l’image de la volonté de Netflix de produire de plus en plus de productions locales et  notamment en langue arabe. « Notre plan, c’est : investir dans les auteurs arabes, dans la production arabe, dans le contenu arabe. Nous avons annoncé quatre projets, en plus de Paranormal », a expliqué le responsable du contenu en arabe et en Afrique de Netflix, Ahmed Sharkawi à la presse. 

Dialna - Paranormal
Paranormal
© Netflix

La série nous permet aussi de (re)découvrir un auteur très populaire en Egypte ayant écrit près de 80 romans d’épouvante, d’horreur, voire même de science-fiction, malheureusement quasiment non traduits en français pour le moment, le Dr Ahmed Khaled Tawfik. Né en 1962, et mort en 2018, l’auteur Ahmed Khaled Tawfik était médecin et romancier. Il a commencé à publier ses premiers romans d’horreur en 1993, avec les premiers tomes de sa série Waraa Al Tabiaa, Paranormal. Parallèlement, il publie des articles dans la presse nationale. Son style et son univers littéraire plaisent rapidement au public égyptien ainsi que dans le reste du monde arabophone. Ses romans ont une forte identité égyptienne, et ses personnages principaux sont des sortes d’alter-egos qui s’inspirent de certains événements de sa propre vie. Ses lecteurs l’identifient tout de suite au personnage de Refaat Ismael, dont ils sont fans. L’un de ses derniers romans, Utopia, est, sauf erreur de notre part, le seul traduit en français. Le succès de la série pourrait peut-être donner des idées aux éditeurs français … ? 

La première saison de Paranormal, en ligne depuis le 5 novembre 2020, est composée de six épisodes, parfaite pour être bingewatchée en un week-end pluvieux. Il n’y a pour le moment pas d’information officielle sur le lancement de la production d’une saison deux, mais on espère franchement retrouver Refaat pour d’autres aventures. Vu l’immense œuvre du romancier, Netflix a de quoi faire pour de nombreuses autres saisons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.