[Playlist] Décembre 2021, Saison 6

Dialna - Décembre 2021

Déjà la fin du mois de décembre 2021, et donc de l’année… On ne va pas vous faire de rétrospective musicale, ni de chanson de Noël pour cette fois ! On revient sur chacun de nos articles en musique, avec une forte présence américaine ce mois-ci !

Restez au chaud, prenez soin de vous, testez-vous et écoutez notre playlist de décembre !

 

Jay-Z & Kanye « No church in the Wild » feat. Frank Ocean & The-Dream

Quand on parle de Virgil Abloh et de musique, Kanye West n’est jamais loin. Le styliste a d’ailleurs conçu la pochette de l’album mythique de Kanye et Jay-Z, Watch the throne. Le clip du très beau No church in the Wild est réalisé par Romain Gavras et s’imprègne d’une esthétique liée aux émeutes urbaines, et autres mouvements de contestations de ces dernières années. Sur le titre, on retrouve aussi en featuring The Dream et Franck Ocean. Et ça, c’est toujours une bonne nouvelle.

Après le décès de Virgil Abloh, la vidéo de son prochain show pour la collection automne hiver de Louis Vuitton a été mise en ligne. Tournée à Paris, on y retrouve notamment les artistes Saul Williams et Yasiin Bey (Mos Def). Sublime.

 

Janet Jackson : I Get Lonely

Janet Jackson, c’est une carrière énorme, une légende de la pop, tout comme sa fratrie. C’est aussi une femme qui a toujours dû se battre en tant que femme. Elle a créé tellement de tubes, qu’il est toujours difficile de n’en choisir qu’un. Néanmoins, son sixième album, The Velvet rope semble faire l’unanimité auprès des fans. Pourtant, Janet Jackson traverse une période de dépression à ce moment. C’est ce que l’on retrouve dans le morceau I get lonely. « I Get Lonely m’emmène dans un endroit de perte – ayant perdu un amoureux, voulant que l’amoureux revienne, et rêvant de la période où ce rêve était satisfait », déclarait-elle à ce moment-là.

Blackstar : Thieves in the night

Mos Def et Talib Kweli de Blackstar ont déclaré s’être inspirés du livre L’oeil le plus bleu de Toni Morrison pour leur titre Thieves in the night. Le roman explorait les effets du racisme et des standards de beauté européens sur les personnes noires dans les années 30 en Amérique profonde. Le personnage principal du livre, Pecola, une petite fille noire, souhaite désespérément avoir les yeux bleus. Le titre y fait référence.

Une énergie de malade, une bonne dose de misandrie, et un flow inégalable. C’est ce qui a suffi à nous ravir avec la rappeuse Bia. « Crushin’ up the drugs with the same hands that I fix to pray with (pray with). I don’t trust this n***** that I lay with », c’est ce qu’elle déclare dans son titre Same hands. La jeune femme a le rap bien ancré en elle, et on lui souhaite une belle et longue carrière !

Cheikha imitti : C’est fini, j’en ai marre / Souad Massi : Raoui 

Parmi les nombreuses Figures algériennes que Halima Guerroumi a selectionnées et dessinées dans son livre, on retrouve bien sûr de nombreuses chanteuses. Il était si difficile d’en choisir une seule pour notre playlist. C’est encore un peu Noël, alors on a fait un double choix. Comment passer à côté de la grande Cheikha Rimitti ? Impossible.

Dans Raoui, Souad Massi, nous chante un conte, tout en douceur, comme souvent dans sa musique. Née à Alger elle a néanmoins vécu quelques temps en Kabylie (pendant la décennie noire) d’où elle est originaire. Issue d’une modeste famille algérienne mélomane, elle découvre le chaâbi, puis le rock, et la musique arabo-andalouse. Elle apprend la guitare à Alger, tout en étudiant l’urbanisme. En 1999, elle participe à un festival de musique en France et signe un contrat pour écrire son premier album. Pour notre plus grand plaisir.

Selda Bağcan : Utan Utan

Pour le son du lundi, Dialna est revenu sur une des figures emblématique de la musique rock anatolienne : Selda Bağcan. Le morceau engagé Utan Utan est un hymne de soutien aux travailleurs turcs envoyés en Allemagne, après la Seconde Guerre mondiale. La musique à tout prix pour cette militante qui a toujours défendu les populations les plus pauvres, cela lui a même valu des emprisonnements. Selda Bağcan restera une source d’inspiration pour de nombreux artistes.

La Rumeur : Peau noire et masque blanc / Joe Lucazz : Gatsby

La littérature a pas mal inspiré les artistes musicaux et les rappeurs en particulier, comme on l’a vu plus haut. En France aussi, nos rappeurs savent lire, qui en doutait ?

Avec Peau noire et masque blanc, le groupe engagé La Rumeur rend bien entendu hommage à l’ouvrage et au travail de Frantz Fanon, une icône des recherches anti-colonialistes

Joe Lucazz profite d’un égotrip très parisien pour y glisser une référence littéraire à l’oeuvre majeure de F. Scott Fitzgerald. On vous conseille d’ailleurs tout autant la discographie de l’un et la bibliographie de l’autre 😉

BONUS : Otis Redding & Carla Thomas : New Year’s Resolution

Vous êtes du genre à faire une liste de bonnes résolutions chaque début d’année ? Ou plutôt à vous dire qu’essayer de faire un peu mieux que l’année passée, c’est déjà pas mal ? En tout cas, Otis Redding et Carla Thomas s’en sont chargés, et la résolution ultime, c’est de s’aimer un peu plus, et ça c’est énorme.

Bonne année !

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.