[Série] I May Destroy You : consentement, viol et trauma

Dialna - I may destroy you

Dans I may destroy you, Michaela Coel campe le personnage d’Arabella, jeune auteure ayant eu du succès en ligne, et qui doit maintenant gérer la pression d’un premier contrat d’édition. La jeune femme, facilement distraite, insouciante voit sa vie, son regard sur les autres et elle-même basculer après un viol en boîte de nuit. Alors […]

[Interview] Sumeja Tulic, auteure photographe

Dialna - Sumeja Tulic

La photographe et auteure Sumeja Tulic est une « instinctuelle » qui nous conte à travers les mots et l’image son odyssée de vie entre Tripoli, Sarajevo et New-York. Elle a participé à une résidence d’artistes au sein de la prestigieuse Magnum Fondation, et a déjà écrit pour de nombreuses publications internationales. Cette semaine, Sumeja Tulic nous […]

[Musique] Abir : Way out

Dialna - Abir

La diaspora nord-africaine aux États-Unis commence à nous livrer quelques perles musicales. Abir est l’une d’entre elles. Née à Fèz, au Maroc, Abir Haronni grandit en Virginie, aux États-Unis. La musique et le chant entrent dans la vie de la petite fille, dès l’installation familiale en Amérique. Elle découvre les grandes voix américaines, comme Etta […]

[Interview] Zoubida Mouhssin, la conteuse guérisseuse

Dialna - Zoubida Mouhssin

Zoubida Mouhssin exerce le beau métier de conteuse, une profession qui exige l’amour des mots, une culture littéraire illimitée, une expérience de vie et une signature vocale captivante. Quand Zoubida conte, le silence s’impose. Très vite, l’audience écoute et se laisse porter par sa voix qui transporte une véritable énergie bienveillante. Nous sommes fières, chez […]

[Livre] Zainab Fasiki : Hshouma – Corps et sexualité au Maroc

Dialna - Hshouma

La hshouma c’est la honte, mais c’est aussi une manière de silencier tout discours autour de ce qui serait considéré comme non acceptable, tabou dans une société. Et en l’occurence, dans l’ouvrage de l’illustratrice Zainab Fasiki, comme son titre complet l’indique, tout ce qui a trait au corps, à la sexualité, est considéré comme « hshouma ». […]