[Portrait] Anniesa Hasibuan

A l’heure où la France veut débattre sur la « mode islamique » et le burkini tout en voulant quasiment interdire le voile, le reste du monde avance, en laissant place à la tolérance et à l’attrait commercial que représente le public des femmes musulmanes.

En mi-septembre a eu lieu la fameuse « Fashion Week » à New York, grande messe de la haute couture et du prêt à porter féminin. Parmi les défilés des grands créateurs et couturiers habituels, un de ces défilés a fait plus particulièrement sensation, celui de Anniesa  Hasibuan. C’est la première créatrice Indonésienne à participer à la Fashion Week New Yorkaise (NYFW), et la première à présenter une collection de tenues et hijabs.

Boooouh, la vilaine femme soumise qui monte son business et s’impose à l’étranger par la qualité de son travail !

4

Sa marque « D’Jakarta » a un peu plus d’un an et elle se retrouve déjà à défiler à New York récoltant les compliments et les standing ovations ! A tout juste 30 ans, Anniesa Hasibuan est entrée dans le monde de la mode assez tardivement, en commençant tout d’abord par dessiner des tenues pour elle-même, puis pour ses amies. Début 2015, elle décide d’en faire son métier et lance sa marque. Gros succès immédiat en Indonésie, on commence à parler d’elle à l’étranger également. La success story est en marche ! Son but ? Créer, dessiner des tenues qu’elle aimerait porter elle-même. Pourquoi laisser quelqu’un d’autre s’en charger ? Et mettre en avant la culture Indonésienne, si méconnue, plus particulièrement dans le monde de la mode.

Le résultat est plus que réussi, avec une collection magnifique de tuniques, robes, tenues de soirée, dans les tons très souvent pastel, mélangeant de la soie, de la dentelle, des perles ; un délice !

 

Elle nous prouve, si tant est qu’il fallait le faire, que la mode occidentale et la pudeur orientale n’ont pas à entrer en conflit, qu’il existe une réelle harmonie entre la mode moderne et les traditions de sa culture natale.

 

En espérant un jour voir ce genre de défilé à la Fashion Week de Paris, sans que cela ne tourne à la polémique stérile, en toute sérénité. Oui, je suis idéaliste.  En attendant on peut la suivre sur son compte Instagram, et sur son site , et rêver à toutes ses magnifiques créations que nous ne verrons pas en boutique ici….

5

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.