[Musique] Bill Withers : Lean on me

Dialna - Bill Withers

Le 30 mars dernier, Bill Withers, 81 ans nous quittait. Légende de la soul music des années 70, il est moins connu du grand public que certains de ses pairs. Pourtant ses tubes sont de grands classiques, fredonnés par tout le monde, depuis toujours : Just the two of us, Lovely day, Ain’t no sunshine, Grandma’s Hands, entre autres et le magnifique Lean on me, que nous choisissons comme son du lundi, cette semaine.

Dialna - Bill Withers
Bill Withers
© Wikimédias

Bill Withers est né le 4 juillet 1938 à dans une petite ville minière en Virgine Occidentale aux États-Unis. Il est le plus jeune d’une famille ouvrière de six enfants. Il perd son père quand il n’a que 13 ans. En plus de cela, le jeune Bill souffre de bégaiement et d’asthme qui le font souffrir, et vont perturber sa scolarité. Il commence à composer de la musique alors qu’il s’est engagé dans la marine américaine, à tout juste 18 ans. Son bégaiement s’atténue petit à petit par la pratique du chant. Sa voix trouve alors son ton qui lui est propre, posé, grave, et si intense. Il passe neuf ans dans la marine, puis s’installe à Los Angeles en 1967. Il travaille alors à la chaîne dans l’usine automobile Ford, et compose ses chansons, chez lui, après le travail.

Après avoir fait le tour de plusieurs clubs de jazz, il enregistre quelques maquettes et les soumet aux maisons de disques. En 1971, il sort son premier album, Just as I Am, chez Sussex Records, avec le superbe Ain’t no Sunshine, choisi en single. Il gagne d’ailleurs un Grammy Award pour ce titre.

En 1972, il sort son deuxième album, Still Bill, dans lequel on peut retrouver les sublimes Use me, et Lean on me. Il enchaîne ensuite les albums live et studio, avec autant de succès, jusqu’au jour où il met fin à sa carrière en 1985. En seulement 14 ans de carrière, Bill Withers a marqué son temps et a composé de véritables hymnes de la Soul music, atemporels.

La douceur de sa voix est un médicament pour l’âme, et ses compositions mélodieuses sont un véritable travail d’orfèvre. Ses morceaux ont été souvent repris par les plus grands, comme José James qui lui avait consacré un album entier en 2018. Le 9 juin 2005, il est introduit dans le Songwriters Hall of Fame.

Lean on me, notre son du lundi parle d’entraide, et d’amitié. C’est d’ailleurs l’une des plus belles sur le sujet. Bill Withers raconte qu’il l’a composée sur un piano Wurlitzer, qu’il venait d’acheter. La phrase Lean on me (appuie-toi sur moi) lui trottait dans la tête depuis un moment. Il pianote quelques notes, et commence à fredonner certaines paroles, autour de l’idée de s’appuyer, de pouvoir compter sur quelqu’un dans sa vie, inspirée de sa propre expérience personnelle.

Lean on me, c’est l’hymne parfait de l’amitié, de la sororité, et de l’expérience que l’on vit à travers notre beau magazine Dialna. Quand l’une de nous n’est pas en forme, est débordée, en manque d’inspiration, ou en plein doute, on sait toutes les deux que l’autre sera là pour prendre le relais, et apaiser la situation. Alors quand en plus c’est la voix si émouvante de Bill Withers qui le chante, on s’assied et on profite de cette beauté.

Merci Bill Withers pour cette magnifique chanson et pour toute votre carrière.

Sometimes in our lives we all have pain
We all have sorrow
But if we are wise
We know that there’s always tomorrow
Lean on me, when you’re not strong
And I’ll be your friend
I’ll help you carry on
For it won’t be long
‘Til I’m gonna need
Somebody to lean on
Please swallow your pride
If I have things you need to borrow
For no one can fill those of your needs
That you won’t let show
You just call on me brother, when you need a hand
We all need somebody to lean on
I just might have a problem that you’ll understand
We all need somebody to lean on
Lean on me, when you’re not strong
And I’ll be your friend
I’ll help you carry on
For it won’t be long
‘Til I’m gonna need
Somebody to lean on
You just call on me brother, when you need a hand
We all need somebody to lean on
I just might have a problem that you’ll understand
We all need somebody to lean on
If there is a load you have to bear
That you can’t carry
I’m right up the road
I’ll share your load
If you just call me (call me)
If you need a friend (call me) call me uh huh(call me) if you need a friend (call me)
If you ever need a friend (call me)
Call me (call me) call me (call me) call me
(Call me) call me (call me) if you need a friend
(Call me) call me (call me) call me (call me) call me (call me) call me (call me)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.