[Humeur] Jardin de méditerranée ou l’art du parfum

Un jour une personne proche m’a dit « Ah si tout tes sens étaient aussi bien aiguisés que ton odorat, tu aurais beaucoup moins de problèmes dans la vie ». Et bien elle a entièrement raison, mon nez c’est mon sens numéro un. Je peux décrire un parfum avec toutes ses notes. D’ailleurs, après la photo, le parfum c’est vraiment ma passion.  Pourquoi je vous parle de ça ? Il n’y a pas si longtemps, j’ai eu « léboule »… Mais vaiment « léboule » !

L’Artisan Parfumeur a créé « l’eau de fleur d’oranger » à Taroudant… Oui, cette marque est partie dans mon vaisseau mère, « Taroudant », pour mettre au point une fragrance que je crève d’envie de créer depuis des lustres ! La marque Artisan parfumeur a eu, elle, les moyens de réaliser mon rêve 🙁  N’empêche, il a l’air de sentir bon leur jus de fleur d’oranger…

 

Comme Serge Lutens, qui utilise de l’absinthe, pour créer son parfum « Douce Amère, « dans son ryad à Marrakech. Oui oui, du parfum avec du « Chiba« , absinthe en arabe… Est ce que j’ai encore léboule ? Un peu quand même, mais Serge Lutens, c’est du génie pur (grand photographe, designer et un créateur de senteurs hors paires), alors j’ai du mal à lui en vouloir…

Il a trop éduqué mon nez et mon univers visuel. Je n’avais pas les moyens à l’époque de me payer une bouteille de Monsieur Lutens, mais j’aimais toutes ses créations et le nom de ses parfums…. « Arabie », « rose », « clair de musc », « cuir mauresque » pfff… De la poésie pure…

 

Je suis une vraie amoureuse des senteurs qui parfument le bassin méditerranéen, comme le jasmin, la menthe, l’oranger, le cèdre, l’argile, la bergamote, le citronnier, le basilic, la rose, le thym, les épices… Et la liste est encore longue ! Le palace la Mamounia a recruté la prestigieuse Olivia Giacobetti, pour créer un parfum d’ambiance, qu’elle a baptisé « le dattier ». Quand vous rentrez dans cet endroit magique, la signature olfactive, c’est le cèdre et les dattes… La magie du lieu, cumulée à ce parfum,  et bien on ne bouge plus de là, on a trouvé le paradis sur terre.

Il parait que le seul sens qui ne vieillit pas, c’est l’odorat ! Je ne serais pas étonnée de cela, mon premier souvenir olfactif, c’est le jasmin dans notre balcon HLM. Il y aussi « Rêve d’or », le parfum de tout les tirailleurs berbères de Gennevilliers et de Navarre…. Je détestais cette odeur, enfant, et puis il n’y a pas si longtemps, un vieux monsieur est passé à coté de moi, il sentait « Rêve d’or » et je me suis mise à pleurer dans la rue. On ne peut pas aimer une personne sans aimer son parfum, c’est indéniable.

Donc, messieurs si par le plus grand des hasard, vous portez « le Mâle » de JP Gaultier , « Van Cleef » pour homme ou le pire du pire du pire « Brut » de Fabergé, merci de ne pas m’approcher, me parler, ou me serrer la main… Cordialement.

 

Par contre, j’adore sentir « Habit rouge » de l’autre facho de Guerlain, « Lacoste » jaune, « Terre » de Hermès, « Allure » de Chanel, « Kenzoki » de Kenzo, « Paris » d’Yves Saint Laurent, Chloé, toutes ces senteurs me rappellent les gens que je respire.

Quant à moi personnellement, j’en ai porté des parfums et pas qu’un peu ! Si je fais ma biographie parfumerie c’est tout et n’importe quoi…. Première bouteille de parfum : « fleur de fleur ». Eau jeune faisait des parfums vendus pas cher en supermarché. Pour moi, à l’époque, ça sentait bon mais je m’en suis vite lassée !

« Loulou » de Cacharel, carotte marketing ! c’était mon pote Ali qui me l’avait offert pour Noël, (oui une époque où les copains aimaient voir un sourire sur nos visages d’adolescentes)  j’étais tellement contente de le porter ce parfum, que je me suis over pshittée avec ! Bah quand on est adolescentes, on a souvent des goûts de chiottes et on ne fait rien à moitié, c’est comme ça ! J’ai ressenti ce parfum il n’y a pas longtemps, mais quelle horreur !

Des années plus tard, mon amie Salima faisait un stage d’observation dans une parfumerie et m’a donné « l’eau dynamisante » de Clarins, comment vous dire… La révélation, j’aime cette marque de suite et j’adore l’odeur de cette eau, mais hélas, je n’ai pas les moyens de me payer cette bouteille et je laisse tomber l’idée de porter cette senteur sur moi 🙁  (d’ailleurs des années plus tard j’ai eu la chance de converser avec le PDG de cette marque, ironie du sort)

Un ami me fait sentir son parfum, « Ricci-Club » de Nina Ricci pour homme, je tombe à la renverse et je l’adopte, je lui pique carrément la bouteille et je porte un parfum pour mec ! Les gens autour de moi me disent mais enfin Nora, on ne porte pas un parfum pour homme quand on est une femme. Encore aujourd’hui quand je sens ce parfum, je suis émue.

Je deviens une très jeune femme, on passe aux choses sérieuses, avec « Ivoire » de Balmain. J’adore l’odeur en bouteille, mais sur moi, c’est la catastrophe ! On dirait que je me suis coulée sous une tonne de glucose, le parfum me fait mal au nez !

Je veux absolument être une femme distinguée et porter un parfum digne de ce nom ! « Rive Gauche » de St Laurent sera mon partenaire dans mes années lycée/fac et puis un mauvais souvenir se fabrique avec ce parfum, je ne peux plus le sentir ! c’est mort.

La légèreté de l’été sur moi, Kenzo « eau d’été », c’est mon parfum summer time ! J’adore le flacon, le parfum, l’effet qu’il a sur moi (reposant) et on me le vole au bled… J’ai pas envie de sentir comme ceux qui me l’on piqué et j’arrête de le porter… D’ailleurs je crois qu’il n’existe plus sur le marché.

Mes années parisiennes, c’est « l’Eau d’Ambre » de l’Artisan Parfumeur, capiteux, lourd, poudré et mystérieux… Un parfum qui se porte sur les poignets et à peine sur le cou…Tellement il est chargé et devinez quoi… Sur moi il disparait ! Moi qui aime tant les parfums, je n’arrive pas à trouver mon jus 🙁

MADEMOISELLE ! Je l’essaie par hasard car j’aime le nom du parfum et là miracle ! Non seulement il tient sur ma peau mais tout le monde trouve que cela sent vraiment bon sur moi… Depuis 15 ans je porte cette fragrance de Chanel l’hiver. Pour l’été, c’est « Aqua di Parma » de Blu Mediterraneo Fico di Amalfi, parfum découvert sur la côte amafiltaine bien évidemment 🙂

Et puis des fois je ne porte rien, je laisse ma peau respirer et je rêve aux jours où plus personne ne saura où je serais… J’aurais disparu de la circulation dans une ferme avec deux laboratoires, un pour créer mon parfum, l’autre pour développer mes photos… Mes chats, le silence, la création, mes senteurs du sud, me réveiller avec un café à la cardamome et rien d’autres dans mon jardin de méditerranée.


#INSHALLAH

 

 

NB : Reve d’Or a été lancé en 1889. Les notes de tête sont Fleur d’oranger, Rose hybride de thé, Géranium et Vétiver; la note de coeur est Héliotrope; la note de fond est Bois de santal.

 

Rejoignez-nous sur Facebook

2 Comments

  1. 5 octobre 2017
    Reply

    Très chouette bio le long de tes parfums aimés et moins aimés! Moi aussi, mon sens premier est l’odorat. Et je déteste le patchouli

    • 5 octobre 2017
      Reply

      Pareil !!! le patchouli j’ai du mal 🙂 merci pour le comment !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *