[Livre] Nadia Hathroubi-Safsaf : Ce sont nos frères et leurs enfants sont nos enfants

livre

 

Leila et Anne sont amies d’enfance. L’une est musulmane, l’autre juive. Leurs familles se connaissent et s’apprécient depuis bien avant leurs naissances. Mais depuis quelques temps, les différences d’opinion des deux jeunes filles, au sujet notamment de la Palestine, creuse un fossé tous les jours un peu plus profond. D’autant que Leila, journaliste, rentre tout juste de Gaza où elle a assisté et survécu à des bombardements de l’armée Israélienne.

La famille de Leila, agacée de cette brouille, la pousse malgré elle à mener une enquête sur la mort de son grand père, Salah qu’elle n’a jamais connu. Salah est mort lors de la manifestation du 17 octobre 1961, comme de nombreux Algériens ce jour là, tués par la police française. L’enquête sur la mort de son grand-père va mener Leila à découvrir son histoire familiale, celle d’Anne, ainsi que la grande Histoire, pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Ce sont nos frères et leurs enfants sont nos enfants » relate l’histoire de ces musulmans ayant aidé des juifs pendant la seconde guerre mondiale, notamment via la grande mosquée de Paris, en les cachant, voire en leur fournissant des certificats d’islamité. Ce fait, présenté ici comme vérité historique, a été abordé dans le film « Des hommes libres » et également dans le livre-enquête de Mohammed Aïssaoui : « L’étoile jaune et le croissant », qui cherche à trouver les preuves factuelles de ce sauvetage en masse.

dialna-nadia-hathroubi-safsaf

Ce premier roman de Nadia Hathroubi-Safsaf (rédactrice en chef du Courrier de l’Atlas) est beaucoup plus accessible, et se lit d’une traite. On est captivé très rapidement par son récit, aidé par la mise en abyme du journal tenu par Salah, faisant voyager le lecteur sur deux époques. On y découvre l’histoire des Algériens arrivés en métropole dans les années 30, mais surtout la montée de l’antisémitisme des « petites » agressions de commerces tenus par les juifs (l’imprimerie de Charles), les diverses lois rendant impossible une vie normale pour eux, jusqu’aux arrestations, rafles et déportations vers les camps.. On ne peut s’empêcher de faire un parallèle avec l’islamophobie ambiante…

La transmission de l’histoire familiale est au cœur de ce roman. Quand on ne connait pas l’histoire des siens, comment savoir qui on est vraiment ? Et ce qui nous guide au fond de nous ? Le sujet de l’identité et la construction de soi sont également abordés dans ce très beau roman. On attend avec impatience le prochain livre de Nadia Hathroubi-Safsaf.

 

Nadia Hathroubi-Safsaf : Ce sont nos frères et leurs enfants sont nos enfants

roman

Zellige Editions

 

 

 

Rejoignez-nous sur Facebook

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *