[Actu] Petit Pays

Bienvenue dans le pays des Lumières éteintes parce que l’électricité a été coupée, faute d’avoir de quoi payer, mais qui pense toujours briller dans son obscurité.

Cette belle démocratie, où un homme (bien sûr) politique ayant fait 5% de votes lors d’élections primaires de son parti, se retrouve 1er Ministre. Les partisans n’en ont pas voulu pour se présenter aux présidentielles, ont estimé qu’il n’était pas compétent, mais, pourtant, maintenant, il dirige le pays. Pire, il force et impose des réformes impopulaires en usant plusieurs fois de passe passe constitutionnels, qu’il avait bien sûr violemment critiqués quand il était dans l’opposition.. Deux 49.3 en un mandat, sur deux lois qui bafouent les principes même du socialisme. Ça fait cher le bulletin de vote « Hollande » en 2012…

Ce pays qui réinvente sans cesse le concept de laïcité pour lui enlever toute substance de liberté et en faire un outil excluant et stigmatisant envers une minorité de citoyens (suivez mon regard), ceux là même ayant voté en masse pour son président.

Cette laïcité niant tout fait religieux en France devient quasiment religion d’Etat, et tout manquement est suspect, dangereux et donc à punir sérieusement. Rappelez moi quel type de régime a quasiment interdit toute vie religieuse en son temps ?

mao-staline
L’exemplarité…

 

Visiblement le 1er Ministre a énormément de temps libre entre la lutte contre le terrorisme et celle contre le chômage, pour aller écrire un article en (mauvais) anglais pour répondre à un journal américain, qui a osé donner la parole à des musulmanes françaises après la polémique honteuse du burkini, puisque la presse nationale n’a pas leurs numéros. Condamner automatiquement des femmes voilées en les appelant fondamentalistes, dès qu’elles dénoncent une stigmatisation officielle, c’est pratique et de toute manière, personne n’est là pour contredire. Enfin, si, la presse étrangère et les musulmans français.

Ce pays où le 1er ministre (encore), accompagné de quasiment toute la classe politique du pays (au pouvoir ou pas) se permettent de contester une décision juridique émise par la plus haute institution en la matière ; une bien belle idée de la séparation des pouvoirs. Vouloir continuer à débattre d’un sujet clos par le Conseil d’Etat, on dénigre la Constitution même de ce pays. Venant du chef du gouvernement, ça pose un problème assez lourd. Qu’y a-t-il de plus grave finalement ? Ça ou de porter le voile ?

Ce pays pour qui le devoir de mémoire est primordial mais ne concerne en fait qu’une période bien définie, mettant de côté systématiquement son passé colonial, tout en reproduisant le même schéma, créant des citoyens de seconde zone.

Mais ?
Mais ?

La tentative de gérer les affaires religieuses concernant le culte de l’Islam uniquement remonte au temps béni des colonies.  Ah la colonisation, période de vrai partage de culture… Ou de génocide, viols, pillage et ruine de ces pays. En 2016, on en est encore là.  Devoir rappeler que non, la colonisation du Maghreb et de l’ Afrique, ce n’était pas « positif » pour les peuples colonisés, il n’y a pas eu d’échanges, la France a pris de force et n’a donné qu’humiliation et destruction. Quand bien même, elle a financé la construction d’infrastructures, elle l’a fait surtout pour les colons. Cela ne justifie en aucun cas la colonisation. La classe politique française fait encore preuve de révisionnisme, tout en voulant continuer à traiter les citoyens français musulmans comme des indigènes, avec des droits différents et inférieurs aux autres. Donc on ressort « La fondation pour un islam de France ».  LAÏCITAY, vous avez dit ? Quel autre culte a une fondation qui est censée gérer son organisation en France ? Aucun. Son existence même est une déclaration de rejet de ces citoyens. Et pour rajouter une dose supplémentaire d’humiliation et de mépris, on nomme un vieil homme politique, au rabais, non musulman. Le colon et les indigènes, le retour. Vous en voulez encore ? Il fut Préfet à Oran lors du massacre du 5 juillet 1962. Oui, la gestion des musulmans, il connait…

Au nom de cette même interférence, le 1er ministre, encore et toujours lui, veut combattre une pratique religieuse pour certaines, au nom de la République (qui ne lui a rien demandé), alors que le port d’un signe religieux traditionnel doit être fait avec fierté pour d’autres. La division comme tactique de gouvernance, on connait. Le problème ? C’est que ça a l’air de fonctionner …

Ce pays revendique la liberté de la femme en invoquant « Marianne au sein nu », tout en gardant au gouvernement un ministre qui s’amuse à claquer l’élastique de la culotte d’une journaliste, tout en sifflant une députée vêtue d’une robe à fleurs en été en pleine Assemblée Nationale, tout en refusant de baisser la TVA sur les produits d’hygiène féminine de première nécessité, et tout et refusant systématiquement l’égalité salariale pour un même poste. Entre autres… La liberté viendrait du vêtement porté et non du choix personnel ? Quand nos dirigeants parlent plus de mode féminine que Cristina Cordula, on peut considérer cette société comme malade, et définitivement pas pro féministe.

Ce pays où à moins d’un an des élections présidentielles, tous les candidats n’ont qu’un mot en bouche : Islam ; alors qu’ils devraient dire « chômage, récession, échec, insécurité. Pardon ».

Ce pays qui ne fait plus rêver personne, ni ses citoyens (petits ou grands), ni les immigrés, réfugiés, clandestins qui n’y voient qu’une étape dans leur douloureux périple.

Ce pays qui se complaît dans une haine crasse qui s’y est installée sans trouver de résistance.

Pourtant la France a de beaux restes à sauver. Qu’est ce qu’on attend pour vraiment réagir ?

Rejoignez-nous sur Facebook

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *