[Photo] Rania Matar « Unspoken Conversations – Mothers and Daughters »

Rania Matar est née et a grandi au Liban et a déménagé aux États-Unis en 1984. A l’origine formée comme architecte à l’université américaine de Beyrouth, elle a étudié la photographie à la New England School of Photography.
Le travail de Rania Matar se concentre sur un monde complètement féminin, nota
mment la relation ô combien compliquée « mère/fille », cette série « Unspoken Conversations – Mothers and Daughters » 

rania-matar-dialna-1

est très forte, par son titre déjà, qui illustre bien les non-dits dans une famille, et par sa réalisation. 

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a une écriture photographique, incroyable ! Rien qu’avec la pose des modèles, on sent le type de relation qui existe entre ce duo féminin (rivalité, tension, fusionnelle, complicité, distance).

rania-matar-dialna-2

rania-matar-dialna-3

rania-matar-dialna-4

On sent aussi sa formation d’architecte dans ses photos par son sens de la couleur et de la composition! L’approche du sujet est assez pudique, elle ne fait jamais de gros plans (pour cette série en tout cas), elle garde la même distance avec les personnages.

Il y a des photos qui sont plus fortes que d’autres comme celle de la maman qui se focalise sur sa tasse et pose avec sa fille, alors que sur une table à droite trône une photo ou elle embrasse son fils.

rania-matar-dialna-5

Cette série est en cours de réalisation, et le peu que l’on visualise déjà est très prometteur, bien évidemment on veut en voir plus, mais il faudra attendre encore quelques mois avant une expo internationale.

Son travail a remporté plusieurs prix, a été présenté dans de nombreuses publications, et a été exposé largement aux États-Unis et internationalement. Ses images figurent dans les collections permanentes de plusieurs musées du monde entier ainsi que sur les murs des grands collectionneurs  ! Les femmes photographes originaires du monde arabe ont une façon de photographier qui est ultra percutante.

rania-matar-dialna-6

Quand elles décident de prendre un boitier photographique, c’est pour nous envoyer des images fortes et changer notre façon de pensée, nous faire réfléchir sur la transmission, sur  la charge émotionnelle que l’on donne ou pas aux petites filles, sur le fait que nous sommes des êtres humains à part entière et que nous nous confrontons à des problèmes universelles, comme cette relation compliqué et belle qui existe entre une mère et sa fille…

Rejoignez-nous sur Facebook