[Humeur] Ramadan, l’étrange période

A moins de vivre dans la grotte de Lascaux, à l’époque des peintures rupestres, vous avez certainement tous entendu parler d’un des piliers de la religion musulmane, à savoir le jeûne du mois du Ramadan. Chaque année, on a le droit aux mêmes reportages au 20h de France 2 avec la famille d’origine marocaine ou algérienne, la table surchargée de nourriture, les pâtisseries orientales et le thé à la menthe. Donc a priori, vous savez de quoi il s’agit. En gros.

Pour information, le jeûne du Ramadan est avant tout une période où la pratique religieuse, les actes d’adoration, la spiritualité sont mis en avant. Pas les photos des plats qu’on a engloutis.

dialna - ramadan

Une des épreuves les plus difficiles pendant ce mois, c’est de devoir supporter les questions, remarques pas toujours intelligentes et pas toujours bien intentionnées… Parce qu’évidemment, quelqu’un qui pose une question sincère, on lui répond avec plaisir. Malheureusement, la plupart du temps, on reste au niveau zéro de la réflexion.

Voici un petit récapitulatif des réactions des collègues de travail, face au mois du Ramadan :

En général, ça commence avant, quand on commence à en parler, voire à se préparer. Là certains sont surpris, choqués d’apprendre votre islamité, au point de faire ce jeûne :

« Mais tu le fais, toi ?  » Avec la moue de dégoût, voire de panique,bien sûr.

dialna - ramadan

Visiblement, le fait de ne pas boire d’alcool lors des pots de départ, ou de ne jamais manger de viande à la cantine ne les avait pas préparés à ça… Et puis, ils se reprennent vite, ils ne perdent pas le nord, non.  La vie de leur estomac est en jeu !
Intérieur jour / open space :
« Ah, mais ça veut dire qu’il y aura des gâteaux ? Tu vas en faire, t’en ramèneras alors ? »
Grand sourire, regard complice. Un lien de complicité unilatérale est visible,

Il semblerait que je n’aie pas le choix. Forcément, je jeûne pendant le ramadan, je suis arabe, donc je fais des gâteaux orientaux, et j’en donne à mes chers collègues de travail, bien sûr. C’est normal. Normal d’en réclamer, normal pour moi d’en faire et donc de leur en ramener. Je leur dois. Pourquoi ? Je me pose encore la question.  Pour ma part, j’attends toujours les crêpes de la Chandeleur, ou les chocolats de Pâques. J’entends toujours la même réponse : « Ah mais non mais c’est pas pareil ». C’est magique, ça marche à chaque fois. Je cherche encore la différence …
Voila, une pratique religieuse est réduite à un simple cliché culinaire folklorique, en une phrase. Nous n’existons qu’à travers une corne de gazelle, et encore, une fois par an. C’est peu. C’est moche. Cela dit, ça nous rend « sympa ». Tant qu’on en ramène.

dialna - ramadan

Et puis, le jour J arrive. Et là, c’est un véritable festival. Ceux à qui personne n’a jamais demandé leur avis, leur permission se sentent investis d’une mission. Résoudre cette énigme. Qu’y a-t-il derrière ce grand mystère du RAMADAN ?? Alors ils essayent de se faire confirmer tous leurs fantasmes.

La Nouba

« T’es fatiguée ? Ah oui c’est vrai, vous faites la NOUBA vous, la nuit, pendant le Ramadan ! »

dialna - ramadanDu vrai concentré d’urticaire ! Ces deux concepts sont tellement contradictoires, que ça donne le vertige. Et accessoirement la nausée. Penser que certains nous imaginent faisant la danse du ventre toute la nuit, entre deux plats de merguez me dépasse.  Le mois du Ramadan est un mois béni de jeûne, de recueillement, de prières et de spiritualité. Certes, une fois le soleil couché, nous mangeons, mais surtout, nous prions. Forcément, un mois entier de pratiques religieuses, dans une société où justement toute vie religieuse est niée, ça fait tâche.
On ne m’a pas simplement dit « tu fais la fête », non, on a dit la nouba. Pourquoi la nouba ? Ce mot qui vient de l’arabe, et qui donc, sonne folklorique implique que même ma manière de faire la fête est étrangère. On y revient encore.
Et pour en revenir à la notion de fatigue pendant cette période, essayez d’affronter vos collègues le ventre vide en ayant peu dormi … Vous m’en direz tant.

Pourquoi ?

‟Mais tu sais, t’es pas obligée de le faire. Pourquoi tu t’infliges ça ? Et puis, ça sert à quoi d’abord ?″

dialna - ramadan
chevalier blanc cherchant à secourir des indigènes

Entre le café et la pause clope du matin, ma chère collègue me demande donc de lui expliquer le principe de base de chaque croyance : la foi. Sans vouloir en entendre parler, bien sûr. C’est là toute la complexité de ces petites phrases… On vous veut du bien, on se pose vraiment des questions sur ce que vous vivez, mais en même temps, personne ne veut vraiment connaitre votre vérité. J’imagine que la réponse attendue est : ‟Si, mon père m’oblige à le faire sinon il me renvoie au pays (la Musulmanie) pour me marier de force à un cousin moustachu″. Je me ferais surement beaucoup d’argent avec une histoire pareille ! Je vois déjà la Une de l’Express ou du Point.
Bien entendu, selon la croyance populaire très répandue, une femme musulmane est une femme soumise (aux hommes), faible, sans volonté, qu’il faut libérer afin de la rendre heureuse, et ce, même malgré elle, car elle ne le sait pas ; la pauvre chose. Elle est infantilisée d’un côté ou d’un autre. Alors, forcément, ça doit faire bizarre d’en avoir une avec du caractère et du répondant en face de soi.
Ou alors on veut m’ouvrir les yeux sur la bêtise de suivre une religion et ses pratiques d’un autre temps. Je m’inflige de ne pas manger ; volontairement ! Je dois être folle, ou certainement victime d’un lavage de cerveau. Il faut à tout prix me sauver, et ce, même contre mon propre avis. Je ne sais pas ce que je fais, je ne suis qu’une femme, et musulmane en plus ! On se doit de m’apprendre à me sortir de ça, à me sauver !  ‟Tu sais, t’es pas obligée″ : Laisse-moi te montrer comment il faut être pour me ressembler, pour être donc normale, comprise et acceptée.

Comment ?

‟Je sais pas comment tu fais / vous faites, moi je ne pourrais pas ! ″

En même temps, ce qui est bien, c’est que personne ne vous a demandé de le faire…  En réalité, PERSONNE ne va venir vous INTERDIRE de MANGER quoi que ce soit ! Ce genre de propos transpire la peur. On la sent à des kilomètres à la ronde. La peur de ce rituel bizarre, le Ramadan. La peur de L’islam sans doute…  Si je vous dis que je fais le Carême, ça va mieux ? Rassurez-vous, nous ne sommes pas là pour vous convertir de force, ni pour envahir vos campagnes ! En ce qui me concerne, je suis déjà chez moi, je n’ai rien à conquérir, ni à prouver. Passez votre chemin.

Quoi ?

‟Ah mais tu ne peux pas manger encore ?″ / ‟Même pas boire / un chewing-gum / un café ?″

Donc le concept de ne pas manger ni boire (entre autres) entre le lever et le coucher du soleil, et ce, pendant un mois est apparemment difficile à comprendre dans sa totalité. Ou alors le café, un verre d’eau, un chewing-gum, voire une cuisse de poulet ne sont pas vraiment des aliments pour certains. Ou bien certaines personnes se foutent tout simplement de nous, ouvertement. J’hésite encore, mais en tout cas, je suis franchement admirative de la persévérance dans la bonne blague.
Persévérance, il en est question pour cette personne qui ne m’adressait quasiment jamais la parole, mais qui mettait un point d’honneur à me souhaiter un ‟Bon appétit !″ TOUS les jours, pendant cette période.  Avec de l’entrain et le sourire. Bien sûr, ce n’est qu’un pur hasard si ces attentions concernant mon appétit ont disparu aussitôt la période de jeûne passée…

Quand ?

‟A quelle heure il se couche votre soleil ?″

Les musulmans sont des gens tellement bizarres, avec un Dieu différent du reste du monde. Et un système solaire qui leur est propre, visiblement. On aurait donc un soleil rien que pour nous, qui forcément ne se couche pas à la même heure que l’autre. C’est dingue comme découverte ! Et personne ne m’en avait jamais parlé avant ! On vit dans un espace temps parallèle au reste du monde. La voilà la confirmation ultime de notre différence ! On ne pourra donc JAMAIS être normaux, on n’a pas le même soleil ! Peut être ne venons nous même pas de la même planète ? On est vraiment bizarres hein ?

Prétexte..

‟ En fait vous faites ça pour perdre du poids c’est tout ! ″

dialna - raadan

Vraiment ?  C’est si difficile à accepter ? Que la seule raison de faire ce jeûne soit par conviction ; religieuse qui plus est ? Non, il y a forcément quelque chose de plus futile, ridicule derrière tout ça… Un RÉGIME ! Mais bien sûr ! En fait ces personnes ont trouvé la réponse ultime, la vraie raison d’être du Ramadan. Ben oui, je n’osais pas vous donner tous nos secrets de beauté … Mais voila, on ne jeûne uniquement que pour perdre du poids pour l’été. Oubliez ce que j’ai dit plus tôt, je viens d’avoir la révélation. Et rejoignez-nous, vous aurez l’air magnifiques en burkini bikini …

Après ?

‟Le jour de la fête, vous mangez normalement ou vous mangez que le soir ?″

Il y a vraiment de l’inquiétude là, non ? Messieurs, dames, rassurez-vous, une fois le mois fini, on mange à nouveau ‟normalement″ ;  à savoir plus qu’il n’en faut, 3 repas par jour, minimum. Normalement quoi. En d’autres termes, le régime ne dure qu’un mois…Donc on redevient normaux aux yeux de la société quand on n’est plus musulmans de manière visible. Quand on va déjeuner à la cantine avec ses chers collègues, on est normaux. Si on ose être différent, on est anormal. CQFD.

– Épilogue

Et puis le mois du ramadan se termine, et ils reviennent à mendier indéfiniment des pâtisseries.. Et là, bizarrement c’est quand on n’en ramène pas aux simples collègues de travail, que nous ne sommes pas normaux. « Ben, t’as rien ramené ? Pourquoi ? T’en as fait de toute manière ? Ils sont où ? ″
On n’est jamais perdus, le même petit jeu se reproduit, nous donnant l’impression d’être dans un cirque chaque année. Et le plus beau dans tout ça ? C’est que ça ne s’arrête pas à la simple période du Ramadan. Mais à chaque événement important pour les musulmans, tout au long de l’année, qu’on en parle ou pas aux autres, les mêmes interrogations de la plus sensée à la plus stupide ou perverse. Chaque année.

Courage et force aux concernés. Merci à ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette compétition de la stupidité.

Rejoignez-nous sur Facebook

2 Comments

  1. Haha ! J’ai souri à plusieurs passages. Les fameux « ah wai c’est Le Ramadan » et gros soupir comme si on n’avait pas le choix de le faire et qu’on le vivait mal ! On m’a aussi dit une fois « t’es sûre que tu jeunes toi ? T’as la pêche pour quelqu’un qui jeûne. » J’avais répondu avec humour « et oui La force est avec moi. »

    Bon Ramadan les filles !

    • 8 juin 2017
      Reply

      Ils s’attendent à ce qu’on renonce à ça, à une faille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *