[Expo] la pub selon les femmes

dialna - femmes

Il y a des expériences tellement fortes et extraordinaires, que vous ne redescendez pas comme cela sur terre… Cette expérience j’ai décidé d’en faire un article, pour rendre hommage, par écrit, à des femmes d’exceptions.

dialna - femmes
La pub selon les femmes ©Nora Noor « Arlette A »

Je vous pose le décor : la Maison des femmes de Schaerbeek, dans la  commune de Bruxelles, en partenariat avec l’association Awsa-be m’a commissionné pour animer 15 ateliers sur l’estime de soi et les publicités sexistes. Au début, un groupe d’une dizaine de femmes bruxelloises ont eu le courage et le temps de me suivre tous les mercredis après-midi de janvier à mai. Ensemble, nous avons réalisé un joli marathon avec au bout de la ligne d’arrivée, une exposition photos et un livret tiré en 500 exemplaires.

Quand le groupe devient-il une personne ? Si je devait personnifier ce groupe en une seule femme, je dirais qu’au début elle était peu sûre d’elle, avec une image d’elle très fragile, tant elle a été intoxiquée par les messages néfastes de la société et la publicité ! Elle était fatiguée de tenir cette course toxique à la minceur et la jeunesse.  On devait donc poser un bilan avant d’attaquer ces ateliers ! « On lâche rien » je le disais chaque semaine de manière assertive ! J’avais des femmes intelligentes et fortes face à moi, et elles ont accepté le défi !

Lors de mes ateliers, j’impose une règle d’or à toutes les participantes : interdiction totale de mal parler de soi ! Le négatif on le laisse à l’extérieur. Je peux paraitre directive mais c’est une règle non négociable et qui porte ses fruits !
Il fallait ensuite libérer le temps de parole, de manière équitable et démocratique. On a beaucoup parlé, c’est fou comment on se sent à l’aise entre nous, mettez un homme dans l’équation et vous aurez une autre atmosphère.

dialna - femmes
La pub selon les femmes ©Nora Noor

Les liens se tissent, les sourires illuminent les visages tous les mercredis, les femmes font des recherches sur le développement personnel, l’histoire de la publicité et le féminisme. Elles veulent s’exprimer et réaliser cette exposition jusqu’au bout ! La créativité est en marche, croyez le ou non, il n’y a pas plus curatif que la solidarité féminine et la création. Elles se posaient des questions tels que :

  • Pourquoi Georges Clooney à le droit d’avoir des cheveux gris?
  • Pourquoi dans les publicités alimentaires les femmes servent de manière docile ?
  • Pourquoi la camaraderie entre hommes est-elle valorisée ?
  • Pourquoi les femmes qui ont des poils sont considérées comme sales ?
  • Pourquoi les femmes racisées ne sont pas représentées dans les marques de luxe ?

Tellement de questions dont nous avons débattu, parlé et ri aussi.

Nous avons réalisé les photos en organisant des shooting studios au sein de la Maison des femmes. Chaque femme a dessiné sa maquette publicitaire avant la séance photo. Chaque femme avait une colère ou un message à exprimer. Cette société patriarcale qui nous abîme par des images tellement dégradantes !

La publicité investit des milliards pour nous convaincre que nous sommes bêtes ! Et devinez quoi, au bout de 70 ans d’industrie active, le lavage de cerveau a bien marché ! Nous nous sommes freiné dans nos rêves, nos ambitions et notre position au sein de la famille. Parce que cette société raciste, sexiste et capitaliste a réussi ce tour de force de nous faire croire que le nous sommes pas assez !  Pas assez forte, belle, mince, jeune et intelligente…
Oui mais ça c’était avant, on vous défie de venir toucher à notre intelligence aujourd’hui, vous allez voir comment vous allez être reçus!

 

Si seulement j’avais pu poser une petite caméra et filmer nos débats, vous auriez pu voir l’intelligence du groupe se mettre en place. il n’y a pas de mots pour exprimer cela…

Cette société ne nous respecte pas et ne nous protège pas ! Si nous ne sommes pas solidaire, alors on pourra encore compter les féminicides et le burn out pendant longtemps. A., participante à l’atelier

Et dire que la société patriarcale passe à coté de tout ce potentiel qui est capable de développer un projet, créer des concepts et résister à des clichés !

On a besoin de se retrouver entre nous et de parler ! ça nous aide à comprendre que l’on est pas seule à vivre certaines situations et d’avoir une vision macro sur cette société, pour mieux y vivre.
F., participante à l’atelier

Comme je le vous disais en début d’article, si je devait personnifier ce groupe en une seule femme après ces ateliers, je dirai qu’à la fin, elle est devenue sûre d’elle, solaire, solidaire, lucide, expressive, drôle. Toutes ces qualités qu’elle avait enfoui en elle, ont resurgi pour ne plus jamais disparaitre. A la fin de l’atelier, nous avons réalisé un débrief et toutes se sont promis à elles-mêmes de ne plus jamais laisser personne toucher à leurs valeurs internes !

Alors à vous toutes, je voulais juste vous dire merci. Ma route est bénie de vous avoir croisées, vous m’avez rendu plus forte, plus drôle aussi car l’humour belge a un peu déteint sur moi, et plus humble aussi.

Je vous invite à lire la note d’intention écrit par le groupe pour expliquer l’expo, c’est juste de l’esprit à haut niveau. Les photos sont tirées sur du beau papier, elles seront exposées tout l’été au sein de la Maison des femmes de Schaerbeek et grâce à l’association AWSA-Be elle va tourner dans tout le royaume Belge. La nouvelle vague de féminisme est en place ! L’Ère du mutisme est terminée ! Vive Nous !

Exposition du 24-05 Au 31-05 2018

Ensuite tout l’été du 15- 07 au 31-08 2018 à la maison des femmes 253 rue Josaphat 1030 Schaerbeek Bruxelles. 

dialna - femmes
note d’intention de l’expo par les participantes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.